XVIIème Siecle
1696
Création de l'Armorial Général de France
Un édit pris à Versailles en novembre 1696, supprime le juge d'arme et crée une grande maîtrise générale, et dépôt public des armes et blasons du royaume. C'est à l'appui de cet édit que Charles d'Hozier établit l'Armorial Général de France.

..Les rois nos prédécesseurs ont toujours été persuadés que rien ne convenait mieux à la gloire et à l'avantage de ce royaume, que de retrancher les abus qui s'étoient glissés dans le port des armoiries, et de prévenir ceux qui pourroient s'y introduire dans les suites. C'estt dans cette vue que Charles VIII établit en 1487 un maréchal d'armes pour écrire, peindre et blasonner dans les registres publics le nom et les armes de toutes les personnes qui avaient droit d'en porter. La noblesse de France, animée du même esprit, en 1614, supplia très humblement le roi Louis XIII, notre très-honoré père, d'heureuse mémoire, de faire faire une recherche exacte de ceux qui auroien usurpé des armoiries au préjudice de l'honneur et du rang des grandes maisons et anciennes familles, ce qui l'engagea en 1615, suivant les motifs des ordonnances de Charles IX et Henri III, des années 1560 et 1579; d'établir un juge d'armes pour dresser des registres universels, dans lesquels il emploierait le nom et les armes des personnes nobles, lesquelles, à cet effet, seroient tenues de fournir aux baillis et sénéchaux les blasons et les armes de leurs maisons, pour être envoyées au juge d'armes. Mais quoique ceux qui ont été pourvus de cet offrice s'y soient comportés avec honneur, ils n'ont pu toutefois, par le défaut d'autorité sur les baillis et sénéchaux, former des registres assez authentiques pour conserver le lustre des armes des grandes et anciennes maisons, et donner de l'éclat à celles des autres personnes qui, par leur naissance, leurs charges et emplois, leurs services ou leurs vertus, sonrt en droit d'en porter. Ainsi nous croyons qu'il est de la grandeur de notre règne de mettre la dernière main à cet ouvrage, qui n'a été, pour ainsi dire, qu'ébauché jusqu'à présent, et qu'il n'y a point de moyen plus convenable pour y parvenir, que de créer dans notre bonne ville de Paris des officiers qui aient un caractère et un pouvoir suffisant pour faire, par les diligences de ceux qui leur seront subordonnés dans les provinces,que les armes des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés de notre royaume, soient registrées, peintes et blasonnées dans les registres de l'armorial général qui sera pareillement établi dans notre bonne ville de Paris. A ces causes ...
...
(Source: Gallica - BNF - Recueil des anciennes lois françaises Tome XX - )