XVIIème Siecle
1659
Règlement pour la rédaction d'un livre terrier
Le 26 mars 1659, Louis XIV, qui était en permanence à la recherche de subsides pour notamment entretenir ses troupes, fait établir un réglement en 17 articles pour la confection du terrier général et universel du domaine du roi dans toute l'étendue du royaume, et pour la recherche des biens usurpés.
Le terrier est un recueil d'actes, ou reconnaissances, passés devant notaire par les tenanciers du seigneur à une époque donnée. Par la reconnaissance, le tenancier reconnaît tenir en servitude du seigneur la ou les parcelles dont il est possesseur à titre précaire et lui devoir, tels cens ou service annuel, ainsi que les lods ou milods en cas de mutation. La reconnaissance implique l'identification de la parcelle, par sa nature (terre, pré, bois, vigne, grange, habitation, etc.), par sa contenance (à Lyon : bicherées, hommées, fessorées, etc.), par sa situation (paroisse, lieu-dit, rue, etc.) et ses confins dont sont donnés également nature et possesseurs. Telles sont les précisions que devait apporter la reconnaissance idéale.
Les mappes sardes sont les plus anciens livres terriers en mode graphique, ci-dessus un extrait de la commune d'Appremont en Savoie cadastre de 1728, année 1732
(sources: Wikipedia - image: Archives Départementales de Savoie en ligne)