XVIIème Siecle
1685
Révocation de l'Edit de Nantes ou Edit de Fontainebleau
De nombreux édits et ordonnances contre les protestants, interdiction d'avoir certains métiers, lieux interdits pour l'exercice de la religion etc., ont précédés l'édit du 18 octobre 1685 aussi appelé édit de Fontainebleau portant révocation de l'édit de Nantes, ainsi que de tous les édits et ordonnances ayant accordé quelque droit que ce soit aux protestants, notamment l'édit de Nîmes de 1629 qui confirmait la liberté de culte pour les protestants. Les pasteurs sont expulsés sous 15 jours, toute immigration est interdite sous peine de galères ou d'emprisonnement pour les femmes. C'est le début des registres du «Désert».
....

avoir faisons, que nous, pour ces causes, et autres à ce nous mouvant, et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, avons, par ce présent édit perpétuel et irrévocable, supprimé et révoqué, supprimons et révoquons, l'édit du roi notredit aïeul, donné à Nantes au mois d'avril 1598, dans toute son étendue, ensemble les articles particuliers arrêtés le 2 mai en suivant, et les lettres patentes expédiées sur iceux, et l'édit donné à Nîmes au mois de juillet 1629, les déclarons nuls et comme non avenus; ensemble toutes les concessions faites tant par iceux que par d'autres édits, déclarations et arrêts, aux gens de ladite R.P.R., de quelque nature qu'elles puissent être, lesquelles demeureront pareillement comme non avenues : et en conséquence voulons et nous plait que tous les temples de ceux de ladite R.P.R. situés dans notre royaume, pays, terres et seigneuries, soient icessament démolis.

éfendons à nosdits sujets de la R.P.R. de plus s'assembler pour faire l'exercice de ladite religion, en aucun lieu ou maison particulière, sous quelque prétexte que cela puisse être, même d'exercices réels ou de bailliages; quand bien même lesdits exercices auraient été maintenus par des arrêts de notre conseil.

éfendons pareillement à tous seigneurs de quelque condition qu'ils soient, de faire l'exercice dans leur maison et fief, de quelque qualité que soient lesdits fiefs, le tout à peine contre tous nosdits sujets qui feroient ledit exercice, de confiscation de corps et de bien.
...

Ci- contre un baptême "au désert" à Montauban en 1744

(Sources: Gallica - BNF- Recueil des anciennes lois françaises - Tome XIX - Archives Départementales de l'Herault)